READING

Laolu Senbanjo revampe la Nike Air Max 1 à la sauc...

Laolu Senbanjo revampe la Nike Air Max 1 à la sauce Yoruba.

Sa popularité n’est plus à prouver dans le milieu urbain New Yorkais. Laolu Senbajo vient de signer un contrat de collaboration avec l’équipementier sportif Nike pour dessiner une collection de vêtements et de chaussures de sports, fortement inspirées de l’art tribal Yoruba. Pour célébrer l’évènement,  l’artiste d’origine nigériane participait ce weekend à la Nike Air Max Con qui s’est tenue à New York.


La Nike Air Max revampée par le talentueux Lalou Senbajo. Crédit : Instagram Laluonyc©.

La Nike Air Max revampée par le talentueux Laolu Senbajo. Crédit : Instagram laolunyc©.

2016 démarre sur les chapeaux de roue pour Laolu Senbajo. Le jeune nigérian que sa famille destinait à une carrière d’avocat réalise l’un de ses rêves, comme il l’annonçait aux followers de son compte Instagram il y a quelques semaines. « Je fais de mes rêves une réalité ! Ceci est mon Ayanmo [un mot Yoruba pour « destin « ].Soyez les artisans de votre destinée. Laissez moi être vôtre inspiration. Just do it ! », encourageait-il alors que la nouvelle de sa collaboration avec Nike émergeait à peine.

Artiste visuel, chanteur à ses heures perdues, unanimement reconnu dans le milieu urbain new yorkais, Laolu Senbanjo signera donc une collection de vêtements et chaussures de sports d’inspiration ethnique. Une sacrée bouffée d’air frais pour l’équipementier sportif qui fêtait le week end dernier à New York les 29 ans de son modèle le plus célèbre, la Nike Air Max 1 . Un « sneakerfest », plus connu sous le nom de Nike Air Max CON, auquel fut bien entendu convié le prodige nigérian. Un honneur pour ce grand fan des chaussures Air Max. « Je décrirais la Air Max comme un modèle audacieux, frappant, coloré et confortable. J’aime aussi son nom, il est fort et puissant « , commentait-il avant de dresser une comparaison entre son art et l’emblématique chaussure de sport. « Tout comme la Air Max, l’innovation et l’évolution sont au coeur de mon expression artistique. », dit-il.


Laolu dévoile le tout nouveau design de l'édition limitée des sa collaboration avec Nike. Nike Air Max Con, New York, le 27 mars 2016. Crédit : laolunyc©.

Laolu dévoile le t-shirt au nouveau design (édition limitée), de sa collaboration avec Nike. Nike Air Max Con, New York, le 27 mars 2016. Crédit : laolunyc©.

Né à Ilorin, dans l’État de Kwara à l’ouest du Nigéria, il marche dans les pas de son père, étudiant en droit puis avocat. Mais une fois ses journées de travail terminées, c’est à un tout autre art que se consacre Laolu, passionné de dessin, d’arts graphiques et de musique. Après quelques années passées à exercer dans l’ombre, il décide de se consacrer à plein temps à ces activités artistiques, de vivre sa passion au grand jour… La reconnaissance ne se fait pas attendre. Très rapidement il devient l’une des figures incontournables de l’underground new yorkais, suscitant un respect indiscuté au sein de la communauté d’artistes contemporains.

Celui qui partage désormais son temps entre Lagos au Nigéria et Brooklyn puise majoritairement son inspiration dans ses origines Yoruba, esquissant formes ethniques bariolées ou sobrement teintées de noir et blanc. Un style qu’il qualifie lui-même d’Afromysterics, comprenez « le mystère du motif de la pensée africaine », et que l’on retrouve dans son travail dont les lignes fluides circulent librement, un peu comme l’esprit lui-même. Résolument inscrit dans la tendance streetwear, il orne de motifs traditionnels les murs de sa ville ou les corps des mannequins avec lesquelles il collabore.


1538340_946454355474979_1334759999_n

Laolu Senbajo au travail… « Un chef d’oeuvre » dira-t-il. Crédit : Instagram laolunyc©.

« Tout mon travail est fortement influencé par mon héritage Yoruba et souvent lié à l’environnement dans lequel je me trouve. Souvent mes voyages se reflètent dans mon art », explique Laoju.  » Je suis un militant passionné et vous remarquerez que la plupart de mes œuvres sont entremêlées d’idéologies de justice sociale. Le féminisme, la cause des enfants sont des thèmes récurrents ». Autant de stigmates de son passé pas si lointain d’avocat spécialisé dans les droits de l’Homme. « La force de caractère dont faisaient preuve les femmes, les jeunes filles rencontrées au cours de ma carrière m’ont profondément marqué. Ce sont leurs histoires qui forment la trame de fond de mes oeuvres ».
Laolu Senbajo, un talent à l’état brut… à suivre, indiscutablement.

Pour ne rien manquer de ses derniers projets, Laolu Senbajo est sur Instagram, @laolunyc
Visitez son site web www.laolu.nyc.


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

INSTAGRAM
KNOW US BETTER