READING

Décès du romancier nigérian Elechi Amadi à l&rsquo...

Décès du romancier nigérian Elechi Amadi à l’âge de 82 ans.

Il était l’un des plus grands romancier et dramaturge du Nigéria. Le célèbre écrivain Elechi Amadi, mondialement connu pour son chef-d’oeuvre, « The Concubine », publié en 1966 et qui décrit dans un langage fluide et éloquent l’institution complexe du mariage dans son Nigeria natal, est décédé ce jeudi, à l’âge de 82 ans. Une perte pour le Nigéria et pour l’Afrique autant que pour le monde a déploré le président Buhari dans un communiqué.

Elechi Amadi était connu pour son chef d'œuvre "The Concubine", succès mondial considéré comme l'un des meilleurs romans de fiction à ce jour. Il est enseigné dans plusieurs universités à travers toute l'Afrique.

Elechi Amadi était connu pour son chef d’œuvre « The Concubine », succès mondial considéré comme l’un des meilleurs romans de fiction à ce jour. Il est enseigné dans plusieurs universités à travers toute l’Afrique.

Le célèbre romancier nigérian, Elechi Amadi est décédé ce jeudi à l’âge de 82 ans des suites d’une maladie non dévoilée. Le gouvernement de Rivers State avait conclu des arrangements pour son rapatriement à l’étranger afin d’y subir un traitement médical adapté, mais l’état de l’écrivain s’est très vite dégradé dans la nuit de lundi à mardi. Il s’est éteint ce jeudi dans une clinique privée de Port Harcourt.

Amadi est l’un des pionniers de cette première génération d’écrivains nigérians connus à travers le monde, parmi lesquels comptent également Chinua Achebe, JP Clark, Cyprian Ekwensi et Christopher Okigbo. De nombreux Nigérians ont grandi en lisant son premier roman « The Concubine », une histoire d’amour qui se déroule dans un village du sud du pays, avec pour toile de fond conflits culturels et traditions.  Il sera mieux connu pour la façon dont il dépeint la vie au Nigéria rural et pour les parcelles alambiquées et l’évolution des opinions dans ses romans.

Né le 12 mai 1934, à Aluu dans l’État de Rivers, Elechi Amadi fait ses classes à l’Université d’Ibadan (1955-59), où il obtient un diplôme en Mathématiques et Sciences Physiques. Il sert par la suite comme officier dans l’armée nigériane à une époque tourmentée, pendant la guerre civile du Biafra entre 1967 et 1970. Une expérience qu’il couchera sur papier en 1973, dans son unique roman ne relevant pas de la fiction, « Sunset at Biafra », ou « Coucher de soleil sur le Biafra », qui détaille son quotidien pendant la guerre.

Elechi Amadi laisse derrière lui une oeuvre prolifique, dont « The Great Ponds », « Isiburu », « Dance of Johannesburg », « Peppersoup », « The Road to Ibadan », « The Slave », « Estrangement », et « The Woman of Calabar ». Il a été conférencier en résidence et professeur à la Faculté de Rivers State, où il occupa par la suite les fonctions de Doyen des Arts, Chef du département de Littérature.

En rendant hommage à l’homme de lettres, « sage visionnaire et vénéré qui a consacré sa vie aux valeurs de la paix, de l’égalité, de la dignité de la culture et de la lecture au Nigéria », le Président Buhari a salué la vague d’hommages manifestés au Nigéria et au-delà des frontières nationales, témoins du haut degré de respect et d’estime dont jouissait Amadi dans le monde entier.


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

INSTAGRAM
KNOW US BETTER